7 déc. 2020

Chelo Alonso (1933-2019)

 


"Ancienne danseuse aux Folies Bergère, surnommée la "bombe cubaine", elle éclipse toutes les autres actrices du peplum italien par sa beauté, son magnétisme, et son érotisme à couper le souffle. Un titre la résume parfaitement : La reine des barbares (Sergio Grieco, 1960). Elle débute en 1958 (Sous le signe de Rome, Guido Brignone) et devient rapidement une vedette. On la voit aussi dans le film marquant la renaissance de Maciste : Le géant de la vallée des rois (Carlo Campogalliani, 1961), dans La terreur des barbares où elle est la partenaire de Steve Reeves (Carlo Campogalliani, 1959), ou dans Maciste contre le cyclope (Antonio Leonviola, 1961). En dehors du peplum, Chelo Alonso a également participé à quelques bons films d'aventures, en particulier La vengeance du sarrazin avec Lex Barker (Piero Pierotti, 1959), ou Prisonniers de la tour (Mario Costa, 1959). Elle tourne encore avec Steve Reeves dans Capitaine Morgan (André de Toth, 1960). Le principal sujet d'étonnement concernant Chelo Alonso reste l'incompréhensible brièveté de sa carrière. Après à peine quatre années sur les plateaux, elle se retire dès 1961. On ne la retrouve que dans des seconds rôles, plus effacée, notamment dans trois westerns : Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone (1966), Saludos hombre ! de Sergio Sollima (1968) et Un tueur nommé Luke de Giulio Petroni (1970), son tout dernier film sur moins d'une vingtaine au total." (Cinéma bis, Laurent Aknin, Nouveau Monde 2007).



A lire également : http://www.lefilmdujour.fr/2019/02/chelo-alonso-1933-2019.html

Je vous propose de regarder  : 

La terreur des barbareshttps://ok.ru/video/94414965334

Le capitaine Morganhttps://ok.ru/video/84952025690

Je vous déconseille le médiocre Maciste contre le cyclope malgré la façon honorable dont s'en sort Chelo Alonso dans le rôle d'une reine.

3 commentaires:

  1. Merci pour cette rubrique .Mais pourquoi déconseiller " Maciste contre le cyclope" qui est un film culte du genre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un film de cult...uriste, sans doute, mais un moindre représentant que bien d'autres tournés avant et après. On frôle le navet parfois, j'aimerais bien dire à la rigueur le "nanar", ça le rendrait plus sympathique. Mais chacun aura son degré d'indulgence, je le conçois. J'ai juste de plus en plus tendance à classer en "bon" ou "pas bon", à force d'en voir. C'est comme les livres par exemple, si je n'aime pas j'arrête au bout de 10, 50 ou même 100 pages, sans regret, car il existe bien d'autres univers à découvrir.

      Supprimer
  2. J'avais manqué la nouvelle de son décès et j'en suis terriblement désolé !
    j'avais même le Monster bis de notre pape Norbert Moutier, encore une terrible perte, et son parcours était incroyable !

    Merci à toi :

    RépondreSupprimer